Librairie Les Vraies Richesses » 2012 » octobre


L’herbe des nuits, Patrick Modiano, Gallimard.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

ModianoJean, le narrateur du livre ( est-ce Modiano lui même difficile de le savoir…) rencontre Dannie à la cafétéria de la Cité universitaire et  l’emmène jusqu’à l’Unic Hôtel près de la rue Monge. Là ils retrouvent  Pierre Duwelz, Gérard Marciano, Paul Chastagnier et Georges Rochard. Les principaux protagonistes du livre étant cités nous les suivons au présent puis au passé dans ce Paris que Modiano raconte en déambulant si bien. Un carnet noir lui sert de carte et  d’horloge à remonter le temps. Et comme à chaque fois la partition nous entraîne derrières ces ombres aux passés troubles qui nous font vivre leurs errements, leurs amours et leurs attachements aux différents lieux qu’ils fréquentent.  L’auteur lui même semble être parfois emporté par son propre vertige, ou bien est-ce nous lecteurs qui sommes happés par cette prose si unique qui nous emporte… ?

 

14, Jean Echenoz, Les Editions de Minuit.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Nous sommes en Vendée à la veille de la Grande Guerre, Charles et Anthime travaillent à l’usine Borne-Sève où l’on fabrique des chaussures, « toute sorte de chaussures : souliers pour hommes, dames et enfants, bottes, bottines et bottillons, derbys et richelieus, sandales et mocassins, chaussons, pantoufles, mules, modèles orthopédiques et de protection,  jusqu’au snow-boot récemment inventé, sans oublier le godillot qui tient son nom de son créateur, découvreur entre autres merveilles de la différence entre le pied gauche et le droit. Tout pour l’extrémité chez Borne-Sèze… ». Charles aime Blanche qui les voit partir aux côtés de  Padioleau, le garçon boucher, Arcenel, le bourrelier et Bossis, l’équarrisseur, tous camarades de pêche et de café, pour cette guerre qui ressemble fort à une partie de campagne en août 1914. Le déroulement de celle-ci pour ces garçons et cette femme  prendra un contour bien plus dramatique que ce départ,  la fleur au fusil, semblait présager. Et c’est toute le force de Jean Echenoz dans ce roman que de s’attacher aussi bien aux détails de cet épisode douloureux du début du XX ème Siècle que d’aborder  avec cette distance qu’il sait saisir grâce à sa formidable plume les ravages qu’elle causa. Un livre déroutant et singulier.

Philippe Soussan.

 

Viviane Elisabeth Fauville, Julia Deck, Les éditions de Minuit.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Premier roman paru chez Minuit, le livre de Julia Deck raconte la chute d’une femme Viviane Elisabeth Fauville, mère d’un bébé qui est quittée par son mari pour une autre et qui commet  un crime…  Enoncé ainsi et si j’ajoute que le livre se situe dans un Paris très Modianesque nous pourrions être surpris par l’intérêt que susciterait ce livre, mais il ne faut pas en rester là car ce roman est surprenant à plus d’un titre. Sa construction tout d’abord, des courts chapitres où l’on passe du vous au nous puis au je et enfin au il sans que le récit en soit affecté bien au contraire mais aussi par ses situations auxquelles notre « héroïne » est confrontée  qui la rendent « esclave de la nécessité » dans cette recherche qui l’anime autour de l’enquête sur le meurtre de son psychanalyste. Un livre donc troublant, portrait d’une femme en déroute mais déroutante aussi. Beau premier roman.

Philippe Soussan.

Never Sky, Veronica Rossi, Nathan

CatégorieLittérature ado
ParMélanie

Aria est une jeune fille qui a toujours vécu à Rêverie, une capsule dans laquelle vivent des milliers de personnes, car depuis plusieurs siècles le ciel à l’extérieur est chargé d’Ether, engendrant tempêtes dévastatrices et mutations. A Rêverie et dans les autres capsules, les humains sont à l’abri, et le manque d’espace a été résolu grâce aux Domaines, des mondes virtuels dans lesquels on voyage grâce à un SmartEye, petite capsule posée sur un oeil.

Peregrine, alias Perry, n’a toujours connu que la vie à l’extérieur. Frère du chef du clan des Littorans, il rêve de prendre sa place pour tenter de mener son peuple à l’abri des tempêtes d’Ether. Mais il lutte contre cette force viscérale qui veut le pousser à affronter son frère, refusant de faire souffrir son neveu Talon.

Aria et Peregrine, deux univers que tout oppose. Et pourtant, lorsqu’Aria est expulsée de sa capsule et que son chemin croise celui de Perry dont le neveu a été enlevé, ils vont être forcés de s’entraider. Elle, pour survivre dans cet environnement inconnu et pour rentrer chez elle. Lui, pour retrouver Talon.

Mais ces deux-là ne se comprennent pas. Pour Aria, Peregrine n’est qu’un Sauvage, un Etranger, très certainement cannibale. Pour Perry, Aria est une Taupe dont l’odeur lui est insupportable et qu’il ne peut pas regarder lorsqu’elle porte son horrible coque oculaire.

Deux personnages totalement différents, avec leurs souffrances et leurs espoirs, qui vont devoir apprendre à se connaître et à s’accepter…

Ecrit à la troisième personne, le récit alterne le point de vue selon les chapitres ; certains nous disent le ressenti d’Aria, d’autres celui de Peregrine.
Certains lecteurs seront peut-être gênés par les technologies du monde d’Aria, qui ne sont pas totalement expliquées dès le départ ; ainsi, c’est au fil du roman que l’on comprend le fonctionnement du SmartEye et des Domaines. Pour ma part, j’ai préféré essayer de comprendre par moi-même ces technologies et les imaginer en attendant d’en apprendre plus, plutôt que de me retrouver avec des tonnes d’informations techniques dès le début du roman.

J’ai donc été conquise par cette lecture qui s’avère être le premier tome d’une trilogie.

Mélanie Delaporte