Librairie Les Vraies Richesses » 2013 » janvier


L’ombre douce, Hoai Huong Nguyen, Viviane Hamy.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Premier roman  qui a pour cadre le Hanoï de 1954 où la Guerre d ‘Indochine est sur le point de rendre son verdict… Là dans un hôpital, l’ hôpital Lanessan, un jeune soldat français blessé au thorax, Yann va être soigné par Mai,  jeune Annamite qui avait été envoyéE par les religieuses du couvent des Oiseaux (où elle fut interne) pour aider les infirmières.  Entre Hoang Mai (la fleur d’abricotier) et Yann, le breton taciturne et secret, une relation amoureuse  se noue. La famille de Mai et le Guerre vont hélas  se dresser sur leur chemin et leur amour aura à affronter de multiples épreuves… Très belle première fiction poétique et intense qui raconte une passion amoureuse délicatement décrite et écrite.

Philippe Soussan.

La guerre des saints, Michela Murgia, Seuil.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Maurizio, enfant unique et solitaire vivant à la campagne avec ses parents ne goûte vraiment à la vie que lorsque l’été venu,  ses derniers,  l’emmène auprès de ses grands parents à Crabas, gros bourg de Sardaigne. Là,  il retrouve ses deux amis  Giulio et Franco Spanu, surnommé Conch’ e bagna en raison de ses cheveux roux. d’expéditions dans des souterrains mystérieux en croisades contre des rats les trois garçons d’été en été vont sceller une amitié solide.  Mais lors de l’été 1986 un événement inattendu va venir ternir cette belle entente et les trois jeunes gens vont être confrontés à des choix semble t-il définitifs…Deuxième roman traduit de la romancière d’origine sarde après le très beau et mystérieux Accabadora , la guerre des saints s’inscrit plus dans le registre du roman initiatique qui n’est  pas sans évoquer parfois Le grand Meaulnes.

Philippe Soussan.

Dans l’ombre de la lumière, Claude Pujade-Renaud, Actes Sud.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Nous ne quittons plus Augustin depuis quelques temps…Et nous le retrouvons ici dans le très beau roman de Claude Pujade-Renaud où il apparaît sous les traits d’ Augustinus et c’est Elissa sa compagne à Carthage qui redonne vie  à cet homme. C’est en effet à Carthage qu’ils se sont  rencontrés et aimés pendant 15 ans,  elle  eut un enfant de lui, Adeodatus ( donné à Dieu)   ils partagèrent  la  même foi  envers le Manichéisme, malgré les objections de la mère d’Augustinus, Monnica, la chrétienne. Augustinus brillant étudiant soutenu par Romanianus, riche mécène de Thagaste  permit au jeune homme de venir étudier à Carthage et d’acquérir peu à peu des talents en rhétorique qui feront la gloire du futur évêque d’Hippo Regius (Hippone), Augustin. Il aura alors répudié sa concubine, renié le Manichéisme et contraint Elissa à revenir à Carthage (ils étaient à Rome puis Milan) pour être recueillie  par sa sœur Faonia. Mais l’histoire ne s’arrête pas là…Très beau roman poétique où le personnage d’Elissa est magnifiquement dépeint en ce cinquième siècle au cours duquel un Empire disparaît.

Philippe Soussan.

Un peu de toi, Michel Séonnet, L’Amourier.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Ce Un peu de toi c’est Monique, l’aimée,  la personne qui partagea la vie de l’auteur.  Le  livre raconte cette histoire d’amour, elle vient de Vendée lui du Midi et de la première rencontre dans un collège de notre banlieue, lui « une lourde cape  noire sur les épaules… », elle, « une jeune femme toute de jaune, le jeune homme ne voit que le jaune, le sourire jaune, le tee-shirt jaune… »  jusqu’au derniers moments de leurs existences partagées en 2009,  nous les suivons pas à pas. Ce récit intime et bouleversant de sincérité nous conduit de Cancale à Montauroux par différents chemins à découvrir étapes par étapes leurs itinéraires de vie familiale et sociale:  « Ceux à qui tu  avais donné la vie et ceux que la vie nous avait donnés »…Très beau récit poétique et tragique, léger et grave à la fois.

Philippe Soussan.

Nos voeux pour 2013.

CatégorieEvénements
ParPhilippe

 

Une nouvelle année s’installe petit à petit et pour nous aussi l’heure du bilan a sonné. 

Pour la librairie une année honorable somme toutes avec de beaux moments, de belles rencontres autour du livre bien sûr,  dans des nouveaux lieux et  de belles choses à venir aussi…

Et pour le reste me direz-vous, pour le reste et bien un curieux mélange de foi en notre mission mais aussi d’inquiétudes lorsque je constate la fragilité de plus en plus grande de la chaîne du livre :

Un acteur économiquement puissant, Amazon pour ne pas le citer, qui ne respecte pas la fiscalité en vigueur et qui nous fait croire qu’il vient sauver notre économie, et pendant ce temps deux enseignes avec plusieurs dizaines de magasins qui valent ce qu’ils valent, Virgin et Fnac qui semblent dangereusement vaciller. 

Et nous dans ce malstrom, et bien le réseau des librairies indépendantes situées dans les centres villes et dont je fais partie et qui représente, ne l’oublions pas 30 % de l’économie du secteur a aussi perdu un certain nombre de ses représentants, mais sa diversité fait sa force et les 14 000 personnes qu’elle emploie en sont encore les garants.

Mieux même nous pourrions peut-être permettre d’arriver à un  certain équilibre entre les géants de l’Internet dépersonnalisés d’un côté et de l’autre la librairie au sens,  j’allais dire, étymologique du mot. 

Mais pour cela il est nécessaire d’arriver à fédérer toutes les énergies, et elles sont nombreuses, et de  permettre à chacun de faire entendre sa voix.

C’est le vœu que je forme pour cette nouvelle année. 

Bonne et heureuse année et belles lectures à toutes et tous.

Philippe Soussan.