Graham Swift, le dimanche des mères, Gallimard.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Nous sommes le 30 mars 1924 dans le Berkshire, Jane (Jay) Fairchild, jeune domestique orpheline employée par les Niven s’apprête à profiter de cette journée de congé donnée par les aristocrates à leur domestique pour rendre visite à leur mère. Que va-t-elle faire? Lire qui est sa passion, se promener à bicyclette dans la campagne anglaise… Non elle va retrouver son jeune amant Paul Sheringam  chez lui alors qu’il doit épouser Emma Hobday. Ce dimanche, dans cette demeure vide et majestueuse à Upleigh, les deux jeunes gens se découvrent et Jane éprise de liberté, amoureuse de la vie et des livres va peu à peu remplir la feuille vierge qui lui tenait lieu de vie jusqu’à présent…

Un beau roman tout en nuance sur l’émancipation d’une femme en ce début de XXème siècle marqué par la Grande Guerre dans l’Angleterre du roi Georges V.

Philippe Soussan.

Tanguy Viel, Article 353 du code pénal, Minuit.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Martial Kermeur, ouvrier spécialisé de cinquante ans a subi le contrecoup d’un plan de licenciement qui a frappé l’Arsenal de Brest où il travaillait.

il vit désormais avec son fils, Erwan né en 1981 dans une annexe du « château » appartenant à la ville ou il réside en attendant une prime de licenciement qui va lui permettre d’assurer son avenir… Il en assure l’entretien.

Le maire, Martial Le Goff soutient un projet immobilier qu’un homme peu scrupuleux est venu lui vendre, Antoine Lazenec. Cet homme a convaincu un grand nombre des habitants de la Presqu’île qu’une station balnéaire allait bientôt voir le jour sur les ruines du « château » et leur amener prospérité. Et c’est ainsi que leurs destins vont basculer… Le livre est un long dialogue entre un juge d’instruction chargé d’instruire l’affaire Kermeur et Kermeur lui-même qui nous déplie son histoire. Celle qui l’a conduit à commettre l’irréparable.

Livre magnifique qui relève une part du mal sociétal qui nous frappe à travers la destinée de cet homme ordinaire tout en prenant soin de conserver grâce à la finesse de la conduite du récit, une grande humanité et une grande proximité.

Du bel ouvrage.

Philippe Soussan.