Louis Pasteur contre les loups-garous, Flore Vesco, Didier Jeunesse

CatégorieLittérature ado, Littérature jeunesse / albums
ParMélanie

Louis Pasteur contres les loups-garousLouis Pasteur, jeune homme de dix-neuf ans, vient à Paris pour étudier à l’institution royale Saint-Louis. Provincial boursier au milieu de tous ces jeunes gens aisés et bien éduqués, il détonne par son manque de manières et par son courage. Il ne désire qu’étudier et se consacrer à la science et ignore encore le premier soir, lorsqu’un élève est étrangement agressé, que ses projets risquent d’être mis à mal par un mystérieux ennemi…
Dans l’école de filles d’en face, Constance de Villeneuve-Letang veille à la discipline de ses camarades ; jeune fille de famille noble, gracieuse et parfaitement éduquée, elle sait aussi parfaitement s’intégrer au décor. Bref, tout ce qu’on attend d’une jeune fille en 1840.
Mais Constance est bien plus que cela, même si elle l’ignore elle-même ; sa rencontre avec Louis  va marquer le début de sa métamorphose.
Tous deux vont mener l’enquête pour comprendre ce qui se trame certaines nuits dans les couloirs du pensionnat, Louis usant de sa science et Constance tournant de plus en plus le dos aux conventions, au risque de détruire sa réputation.

Mélangez de la science, de l’humour ainsi qu’une dose de frisson à l’aide d’une plume de qualité, et vous obtenez Louis Pasteur Contre les Loups-Garous.
Comme dans son précédent roman et pourtant de manière totalement différente, Flore Vesco fait preuve de talent lorsqu’il s’agit de manier les mots ! Le vocabulaire scientifique est bien sûr de la partie, se mêlant au quotidien jusqu’à décrire la couleur des cravates du doyen et, même si je ne sais toujours pas de quelle couleur est l’oxyhydroxyde de fer, je ne peux que vous recommander cette lecture.
Oui, je l’avoue, je n’ai pas compris tous les mots que j’ai lus. Je n’ai pas ouvert le dictionnaire à chaque fois, puisque j’en aurais bien vite oublié le sens (et l’orthographe). Mais le talent de Flore Vesco est aussi là : nul besoin de tout comprendre pour avoir envie de continuer de tourner les pages.

 

Mélanie Delaporte.

Animations de la rentrée à la librairie.

CatégorieEvénements
ParPhilippe

Nous commençons le mercredi 28 septembre (16H30-18H) où nous recevons Flore Vesco qui après un premier livre chez Didier jeunesse, De cape et de mots, viendra nous présenter Louis Pasteur contre les Loups Garous, paru chez Didier Jeunesse aussi.

Le samedi 1er octobre (18H-20H) nous recevons, dans le cadre de la participation de la librairie au Festival VO-VF : la parole aux traducteurs, qu’organise nos amis de la librairie Liragif à Gif-Sur-Yvette du 30 septembre au 2 octobre, Sylvie Cohen, Traductrice de l’œuvre d’Amos Oz, qui viendra nous parler de son dernier livre qui vient de paraître chez Gallimard, Judas.

Puis le mercredi 12 octobre à partir de 19H nous recevrons Olivier Truc, l’auteur du Dernier lapon et du Détroit du loup qui publie le 3 octobre prochain La montagne rouge chez Métailié (le retour de la fameuse police des rennes !!!), une belle soirée polar à venir mais pas que…

La Rentrée Littéraire de la librairie sera présentée à la médiathèque de Longjumeau le samedi 8 octobre à 15H. À la médiathèque de Villemoisson le vendredi 14 octobre à 20H et lors d’une soirée organisée par Le Coq à l’âne, à Viry-Châtillon le mercredi 19 octobre à 20H.

Deux autres présentations sont aussi prévues en novembre, le vendredi 4 à 20H à la médiathèque de Vert-le-Grand et le vendredi 18 à 20H aussi à la médiathèque de Chilly-Mazarin.

D’autres projets, qui me tiennent à cœur sont encore en gestation : Un café littéraire avec un éditeur/éditrice ou une présentation de la rentrée littéraire sur le territoire, d’autres partenariats avec des librairies proches à l’instar du festival VO/VF porté par la librairie Liragif…

Belle rentrée à toutes et tous.

Philippe Soussan.

 

 

De Cape & de Mots, Flore Vesco, Didier Jeunesse

CatégorieLittérature ado, Littérature jeunesse / albums
ParMélanie

Séraphine Marie-Geneviève Alexandrina de Notre-Dame Chancies du Jousselinier Senestre lez Castiche de l’Auberivière sié l’Ostel de la Colline, dite Serine, est une jeune fille espiègle, qui a toujours préféré les pirouettes aux bonnes manières que sa mère tente désespérément de lui enseigner.
Alors, lorsque Serine décide de devenir demoiselle de compagnie auprès de la reine, sa mère la comtesse est persuadée qu’elle n’a aucune chance à la cour.
Peu importe, Serine prend la route, intrépide, prête à tenter sa chance au palais. Mais être demoiselle de compagnie est une véritable épreuve, surtout lorsque l’on s’attire l’inimitié de ses camarades… Mais la jeune fille est pleine de ressources et ne se laisse pas facilement décourager !

Voilà un roman plein de poésie, d’humour et de malice ! Il nous plonge dans un univers proche du conte, avec une héroïne espiègle et intelligente et de nombreux personnages hauts en couleur.
Flore Vesco manie les mots avec charme, en déterrant certains des tréfonds de notre langue et en inventant d’autres aussi intrigants qu’une esperlune !
Rien d’étonnant, donc, que ce roman ait remporté plusieurs prix depuis sa sortie !

Pour en écouter un extrait, c’est ici.

Mélanie Delaporte.

Enfants du diable, Liliana Lazar, Seuil.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Sept ans après Terre des affranchis qui nous avait enchanté, nous retrouvons Liliana Lazar  avec ces Enfants du diable qui raconte l’histoire d’Elena Cosma, sage-femme seule mais robuste qui décide d’adopter un bébé. Ce sera celui de Zelda P. jeune femme fragile, rousse, mariée à un officier de l’armée décédé. Nous sommes le premier juillet 1978 à Bucarest, le petit Damian, aussi roux que sa mère, vient de naître. La politique nataliste du tyran Ceaucescu est en train d’être imposée aux femmes leur interdisant d’utiliser tout moyen de contraception avant d’avoir eu 4 enfants…

Six ans plus tard, Elena, éprouvant la crainte d’un éventuel revirement de sa vraie mère quitte Bucarest pour Prigor, village reculé de 600 habitants au nord de la Roumanie en Moldavie. Elle s’y occupera du dispensaire. La sage-femme n’aura en fait de cesse de sur-protéger Damian de tout danger venant de l’extérieur. À Prigor entre la maire despotique et cupide Miron Ivanov et le directeur de l’orphelinat « des enfants du diable » qui s’est ouvert en grande pompe en 1985, Eugen Moruzzi,  la vie s’écoule mais  la tragédie n’est pas loin  qui petit à petit va ravager le village et ses habitants.

Roman sombre où l’on retrouve l’univers de Liliana Lazar et cette Roumanie rude, livrée au joug d’un dictateur brutal et de ses séides mais qui malgré tout conserve sa part de mystère et qui ne vous laissera pas indifférent.

Philippe Soussan.

Passage de Philippe dans La Grande Librairie, 10 mars 2016

CatégorieRevue de presse
ParMélanie

Article dans Le Parisien du 11 mars 2016

CatégorieRevue de presse
ParMélanie

Le Parisien 11032016

La renverse, Olivier Adam, Flammarion.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Antoine a fui le domicile familial et la petite ville de M. en banlieue parisienne pour la Bretagne et la ville de R. et ses remparts…

Il a trouvé refuge chez un libraire, Jacques. La mort accidentelle du maire de M., Jean François Laborde, 10 ans après sa fuite le replonge dans son passé familial et ses affres. Celui de son père, de son frère Camille exilé au Canada et sa mère Cécile Brunet, archétype de la mère de famille modèle au service de ses enfants jusqu’au jour où elle devient la principale adjointe du maire de M. et sa maîtresse. En accédant au « pouvoir » à M., Cécile Brunet va faire voler en éclat son univers familial qui ne supportera pas le scandale qui va surgir à la suite de révélations sur  des pratiques sexuelles illicites de Jean François Laborde. Toute la ville est en émoi, devient juge et parti. Antoine et Camille seront sacrifiés comme Laetitia la fille de l’édile et bien d’autres encore. La plongée dans ces univers familiaux émiettés se fait à travers la voix d’Antoine qui guide le récit. Le regard des enfants et adolescents sur ce monde d’adultes, ses luttes de pouvoir, d’argent confère au roman son souffle et sa force et ce qui semble si loin devient alors très proche…

Un beau roman.

Philippe Soussan.

Passage dans l’émission « La voix est libre » sur France 3

CatégorieRevue de presse
ParMélanie

Rouge Tagada / Mots rumeurs, mots cutters / Bulles & blues / Invisible, Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini, Gulf Stream

CatégorieBD, Littérature ado
ParMélanie

               

Aujourd’hui, ce n’est pas un livre, mais quatre, que nous allons vous faire découvrir. Quatre romans graphiques, écrits par Charlotte Bousquet et illustrés par Stéphanie Rubini.

Rouge Tagada, c’est l’histoire d’amitié entre Alex, qui raconte l’histoire, et Layla, la nouvelle du collège. Les deux jeunes filles deviennent vite inséparables, mais lorsque Layla tombe amoureuse pendant les vacances de Pâques, tout bascule… Parce qu’Alex, tout à coup, ne semble plus si importante pour Layla, et parce que les sentiments de notre jeune narratrice ne s’arrêtent pas à une simple amitié…

Dans Mots rumeurs, mots cutters, il est question de Léa ; l’adolescente tombe amoureuse de Mattéo, le redoublant qui fait craquer les filles de sa classe, et a la chance de sortir avec. Mais une photo va venir gâcher cette relation et entraîner la jeune fille dans une spirale de moqueries et de harcèlement.

L’histoire de Bulle & blues nous est racontée par Chloé ; la jeune fille, très proche de Soan avec qui elle a grandi, le voit s’éloigner et en souffre. Comme si cela ne suffisait pas, elle n’est douée qu’en dessin et sa mère est loin de considérer cela d’un bon oeil, au vu de ses notes. Heureusement, il y a au moins une personne prête à croire en elle.

Invisible, enfin, c’est Marie. Marie qui se trouve trop grosse, Marie qui est bien trop timide, Marie qui est invisible, au collège comme à la maison. Marie qui aimerait plaire à Soan, qui prend confiance en elle lorsqu’il commence à lui parler. Marie qui garde ce qu’elle a sur le coeur, parce que personne ne s’y intéresse…

Quatre histoires différentes, quatre narratrices, mais quatre romans graphiques liés par la classe de Quatrième D.
L’adolescence, ses petits soucis et ses plus grandes tragédies, s’animent au rythme des vies de nos quatre principales protagonistes, qui se croisent d’un roman à l’autre. La douceur du dessin accompagne à merveille les sujets souvent douloureux ; le texte et l’illustration sont en parfaite harmonie et l’ensemble est tellement bien pensé qu’on peut retrouver, en prêtant attention aux détails des images, le personnage principal d’un des romans graphiques dans les illustrations d’un autre, les liant encore un peu plus.

 

Mélanie Delaporte.

Bluebird, Tristan koëgel, Didier Jeunesse

CatégorieLittérature ado
ParMélanie

Depuis toute petite, Minnie parcourt les routes du Sud des Etats-Unis avec son père songster. Ils jouent dans les bals et les plantations, libres d’aller où ils le veulent quand tant d’autres se tuent à la tâche dans les champs de coton.
Lorsque la jeune fille se blesse à la cheville, c’est sur la plantation de Charley Silas qu’ils s’arrêtent le temps qu’elle se rétablisse ; Silas est un homme mauvais et ceux qui surveillent pour lui le travail sur la plantation, le contremaître Irlandais et l’Indien Gros Poings, sont tout aussi craints, si ce n’est plus. Elwyn, le fils de l’Irlandais, a l’air bien différent… et Minnie et lui tombent amoureux.
Seulement, tout n’est pas simple dans le Sud des années 1940 et la haine que certains portent aux Noirs détruit de nombreuses vies. C’est ainsi que Minnie, dévastée par ce à quoi elle assiste le jour de leur départ de la plantation, décide de fuir le Sud à jamais… C’est à Chicago que se jouera son destin, loin du Sud qui, croit-elle, lui a tout pris.

Bluebird nous transporte dans un passé violent où l’espoir domine pourtant, porté par le blues et par des personnages aux destins inattendus. Roman à trois voix, chaque narrateur dévoile au départ une facette de l’histoire, jouant avec brio sur les mensonges et les faux-semblants.

Mélanie Delaporte.