Soutien à la tribune de quatre éditrices indépendantes façe à la fusion Editis/Hachette.

CatégorieNon classé, Revue de presse
ParPhilippe

FusionEditis-Hachette des éditrices indépendantes prennet la plume

Alice Kaplan, Maison Atlas, Le bruit du monde, traduit de l’américain par Patrick Hersant.

CatégorieLittératures
ParPhilippe

Couverture : Maison AtlasJe ne pouvais pas passer à côté de ce livre, non pas parce qu’Alice Kaplan est une universitaire américaine spécialiste de Camus.

Non pas non plus parce que son roman, le premier, parle de l’Algérie (et si bien) de l’indépendance jusqu’aux années 1990/95 et la guerre civile.

Mais parce que Daniel Atlas, un des héros de ce livre avec Emily, étudiante américaine qui le rencontre sur les bancs de l’université de droit à Bordeaux et Becca qui est peut-être celle à qui cette histoire est destinée…Ce Daniel Atlas donc, est sans doute au même titre que son père, Sammy et sa mère, Suzy ou son grand-père, Henri, un archétype et une singularité de l’Histoire de l’histoire de cette Algérie, si chahutée, si secrète, si trouble et si mystèrieuse.

Beau premier roman, touchant et profond à découvrir.

 PS : Bref salut à la maison d’édition Le bruit du monde créée en 2022 et qui porte déjà haut l’étendard de cette littérature-monde si chère en son temps à Edmond Charlot, homme à qui je voue une grande admiration.

Philippe Soussan.

Meute, Karine Rennberg, éd. Actusf

CatégorieSF / Fantasy
ParMélanie

Meute, Karine RennbergNé dans la pauvreté des Docks, Nath s’y sent chez lui et a fait de leur violence son gagne-pain. La Marina et ses villas ne sont pas pour lui, et les seules personnes qu’il y connaît sont Marc, l’alpha qui lui est venu en aide lorsqu’une morsure a fait de lui un loup, et sa meute, que Nath a rejoint sans vraiment réussir à s’y intégrer.

Val vit lui aussi dans les Docks. Dévoreur de livres, il est assez tendre pour adopter un chaton égaré, mais n’hésite pas à laisser parler la violence quand on ne prend pas au sérieux ses refus. Il a perdu la voix lors d’une attaque qui lui aurait coûté la vie si son coéquipier Nath n’avait pas été là.

Ces deux-là se sauvent l’un-l’autre depuis assez longtemps pour qu’ils aient arrêté de tenir les comptes.

Quand Nath se voit confier pour quelques jours la surveillance de la maison où vit sa meute, et surtout la protection d’un loupiot affaibli et terrorisé, il ignore encore que ce jeune garçon risque de changer le cours de leurs vies.

Roman atypique de par son écriture – à la deuxième personne du singulier -, Meute mélange à merveille noirceur et couleurs. À travers les points de vue de Nath, Val et Calame, c’est une tranche de vie qui s’ouvre à nous, faite de douleur comme de douceur, de peur comme de confiance, de sang comme de chocolat chaud.

Mélanie Delaporte

Rencontre/ Dédicace avec Stefan Hertmans pour Une ascension, Gallimard, livre traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin à la Médiathèque Raymond Queneau de Juvisy.

CatégorieEvénements
ParPhilippe

Club de lecture

CatégorieAnnonces
ParMélanie

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement d’un club de lecture à destination des adolescents, du collège au lycée.

Animé par Mélanie, il se tiendra une fois par mois à la librairie.

Pour cette première, le rendez-vous est fixé au vendredi 25 février, de 18h à 19h.

Les inscriptions sont ouvertes à la librairie ainsi que par mail, en précisant nom, prénom et âge.

Voeux 2022

CatégorieAnnonces
ParPhilippe

Bonjour à toutes et tous,

Une nouvelle année commence, la treizième pour la librairie, une année où je l’espère nous allons pouvoir vous proposer des animations, des rencontres qui resteront dans les mémoires de celles et ceux qui y participeront…
C’est de ceci dont il s’agit dans le dernier livre de Jon Kalman Stefansson paru chez Grasset, Ton absence n’est que ténèbres, traduit de l’islandais par Éric Boury, qui écrit ceci, l’incipit du livre :
« Le plus important, les choses qui vous marquent durablement …/… peuvent laisser en vous des traces si profondes qu’elles s’impriment dans votre patrimoine génétique, lequel se transmet ensuite de génération en génération – façonnant les individus qui naitront après vous. C’est une loi fondamentale. Vos gènes charrient vos émotions, souvenirs, expériences et traumatismes d’une vie à une autre, et dans ce sens, certains d’entre nous sont vivants longtemps après leur disparition, y compris lorsqu’ils ont sombré dans l’oubli ».

Une année de découvertes littéraires, car les livres ont aussi ce pouvoir singulier de vous bouleverser de renverser votre intime d’être là où l’on ne les attend pas…
Ainsi le livre formidable de Caroline Hinault, In carna sous-titré fragments de grossesse paru au Rouergue en ce début d’année où cette « expérience » intime acquiert sous sa plume une valeur universelle. Caroline Hinault écrit ceci : « En les retravaillant (les fragments), j’ai oscillé entre différentes formes littéraires mais c’est toujours l’écriture fragmentaire qui est revenue. Ni tout à fait essai, ni complétement récit, peut-être un peu des deux, un mi-chemin de l’écriture, à l’image de l’expérience qu’elle relate. Une forme hybride pour une identité passagère ».

Une année enfin où j’aurais plaisir à partager avec vous la venue de Stefan Hertmans qui nous présentera son dernier livre paru chez Gallimard, Une ascension traduit du néerlandais (Belgique) par Isabelle Rosselin. L’auteur du magnifique Cœur converti sera reçu à la médiathèque Raymond Queneau de Juvisy le vendredi 25 mars à partir de 19H.
Ecrivain aux multiples talents, conteur d’histoires flamboyantes nous aurons j’en suis sûr à ses côtés de quoi nourrir notre imagination.

N’oublions pas le prix PIAF avec 4 romans à départager avant la fin du mois de février(https://bloguithecaire.wordpress.com/2021/01/21/prix-piaf-2021-ndl/) ni la fête de la librairie indépendante le samedi 23 avril( https://www.facebook.com/fetedelalibrairie/ ) et comme nous ne serions rien sans eux : nos jeunes (du lycée Pagnol) pourront dialoguer avec Maryam Madjidi qui a écrit Pour que je m’aime encore, Le Nouvel Attila, livre présenté lors de la soirée de rentrée littéraire en octobre dernier, ( merci à Bibliocité et à Linda). Ce sera le vendredi 20 mai prochain dans le cadre de la Quinzaine de la librairie.

Mais l’année ne fait que commencer…
…/…
Belle année à toutes et tous !!!
Philippe Soussan.

Marque Page du 1er décembre 2021 – France TV

CatégorieRevue de presse
ParMélanie

Philippe a de nouveau participé à l’émission de France TV « Marque-Page ».

Découvrez sa recommandation ici : Marque-Page du 01/12/2021

Un baiser qui palpite là, comme une petite bête, Gilles Paris, Gallimard Jeunesse

CatégorieLittérature ado
ParMélanie

En tant que libraire, j’ai à cœur de vous conseiller des livres que j’ai aimés, et je me contente en général de passer sous silence ceux qui m’ont déplu.
Mais, parfois, il faut savoir faire des exceptions, et c’est aujourd’hui d’un livre qui m’a insupportée de bout en bout que je viens vous parler. Non pas parce qu’il me plaît de critiquer un livre auquel je n’aurais pas accroché, mais parce que celui-ci, qui vise un public adolescent, comporte tant de passages malaisants ou malsains qu’il m’en paraît dangereux.

Je ne pourrais pas ici détailler tout ce qui pose problème dans ce livre – j’ai fait une première version de cet article de près de 3000 mots, consultable ici –, je vais donc essayer d’aller à l’essentiel.

Si le résumé pourrait nous faire croire qu’un groupe d’amis, choqué par le suicide d’une fille de leur établissement, va chercher à comprendre comment elle en est arrivée là, et que l’histoire tournerait autour de ce personnage d’Iris et de du harcèlement qu’elle a subi, il n’en est rien, ou presque. Nous allons plutôt suivre une galerie de personnages de quinze ans, en seconde, qui ne pensent qu’à la fête ou au sexe, et qui vont faire preuve, tout au long du roman, d’attitudes ou de réflexions sexistes ou homophobes, mettant en avant la culture du viol ou encore le slut-shaming, sans aucune remise en cause ou presque.
Cela se ressent dès le premier chapitre où Iris, violée par son beau-père, retrouvant à peine ses esprits après s’être évanouie, réalise qu’elle ne sera plus vierge pour aucun garçon. Comment imaginer qu’une telle idée traverse les pensées d’une jeune fille qui vient de subir un viol ?
La suite verra un garçon embrasser des gens en soirée sans aucun consentement, un autre faire monter la fille qui lui plaît, alcoolisée, dans une chambre, et lui imposer un rapport sexuel auquel elle ne s’attendait pas – et si le mot n’est jamais prononcé, il s’agit pourtant d’un viol. La meilleure amie de la fille s’inquiétera seulement que son amie puisse passer pour « la pute du lycée » pour avoir couché dès le premier soir et tout finira bien, puisque ce garçon et cette fille deviennent un couple qui ne se quittera plus de tout le récit. Quelle saine image d’un début de relation…
Nous ne saurons d’ailleurs pas si ce premier rapport était protégé, mais nous apprendrons par la suite que cette adolescente décide d’utiliser un stérilet pour éviter les grossesses. Oui, c’était apparemment important pour l’auteur de parler de la protection contre les grossesses non désirées, puisque c’est le deuxième personnage féminin à nous parler de son stérilet (et que le sujet sera encore abordé plus tard), mais l’absence d’un seul mot concernant l’utilisation de préservatifs pour éviter les MST n’en est que plus flagrante…

En résumé, ce roman qui se veut parlant d’ados et pour les ados semble en cruel décalage avec la réalité. Qu’il nous vienne d’un homme dont c’est le premier roman pour cette tranche d’âge n’est donc pas étonnant. Mais qu’il soit publié, a fortiori après être passé entre les mains d’éditrices, et dans une maison d’édition telle que Gallimard Jeunesse, est incompréhensible en 2021, à l’heure de #MeToo…

 

Mélanie Delaporte

Rentrée Littéraire 2021.

CatégorieEvénements
ParMélanie

Bonjour à toutes et tous,
Nous y sommes, la treizième rentrée littéraire de la librairie à sonné avec son cortège de découvertes et de confirmations.
Nous y sommes aussi parce que la librairie est, bien sûr, toujours impliquée dans la soirée de présentation de notre rentrée littéraire aux côtés des bibliothécaires du réseau du Grand Orly Seine Bièvre qui aura lieu le vendredi 8 octobre à partir de 20 heures à l’Espace Lurçat de Juvisy grâce à l’équipe des Bords de Scènes autour de Valérie Contet qui nous accueille et nous soutient dans cette démarche de promotion du livre et de la lecture.
Nous y sommes encore car je serais à la médiathèque de Vert-le-Grand le vendredi 15 octobre à partir de 20 h pour présenter cette fois ma rentrée littéraire et à la médiathèque d’Epinay sur Orge le vendredi 22 octobre à 20H aussi pour récidiver.

En dehors de ces moments de partage il reste évidemment la librairie qui vit plutôt bien son adolescence et qui malgré le trouble et les vicissitudes du moment tient bien son cap.
Nous vous souhaitons donc une belle rentrée à nos côtés.

Philippe Soussan.

Livres RL 2021

Nouveauté !

CatégorieAnnonces
ParMélanie

Une nouvelle offre de magnifiques calendriers est maintenant proposée à la librairie !

Gif calendriers